Arbitres : Ils n'ont pas le même maillot mais ils ont la même passion

17 septembre 2014 - 13:12

Ils sont souvent critiqués, contestés mais sans eux, il n’y aurait pas de matches de football. Cela peut paraître idiot à dire, mais c’est pourtant vrai, sans arbitres pas de rencontres  le week-end. Chaque week-end, des milliers de matchs de football professionnels et amateurs se déroulent aux 4 coins de la France. Joueurs, parents, éducateurs, dirigeants et bénévoles sont alors réunis autour d’une passion commune : Le football.  Et pour que tout se déroule le mieux possible, l’homme en noir comme on dit est essentiel pour garantir le respect des règles, protéger le jeu et assurer une équité entre les participants. Par-delà ce rôle moral, les arbitres sont avant tout des passionnés habités par un dévouement total et soucieux de la préservation de l’esprit sportif sur les terrains. Ils constituent un maillon essentiel de la vie du club et s’impliquent pour promouvoir les valeurs d’éducation et de transparence primordiales à la vie en collectivité. Mais aujourd'hui, devenir arbitre n'est pas une évidence car ils sont souvent décriés et ceci freine les vocations.  Nous avons rencontré Christophe Revillet, arbitre du CSAP qui nous parle de sa passion pour l’arbitrage.

 Depuis combien de temps es-tu arbitre et à quel niveau ?

C.R. « J'arrive à 20 années d'arbitrage sénior : 3 saisons en district dont 1 au 1er niveau, et je commence ma 17ème année en ligue. »

 Pourquoi avoir décidé de devenir arbitre ?

C.R. « En 1990 je mettais un terme à ma carrière de joueur sur blessure, je jouais à Lugrin. J'ai fait un break de 2 années, je me suis marié, et je suis arrivé par hasard à l'arbitrage. J'avais un ami dirigeant à Evian Sport et pour rendre service au club et lui faire plaisir, j'ai accepté l'inscription au stage de formation à l'automne 1994. J'ai arbitré mon 1er match en novembre 1994 et je n'ai jamais arrêté... »

Qu’est ce qui te plait le plus dans l’arbitrage ?

C.R. « Plusieurs chose. Avant tout je suis un sportif et cela me permet d'avoir une activité sportive régulière, importante dans le cadre compétition. J'ai toujours été dans le milieu du foot, et l'arbitrage me permet de côtoyer le milieu en permanence. J'adore ''l'odeur'' du vestiaire, c'est toujours un bonheur d'arriver dans un club, de faire des connaissances, de pouvoir échanger avec les dirigeants, les joueurs. Diriger une rencontre est très agréable : faire appliquer les lois du jeu : l'arbitre est au service du jeu, et cela est essentiel. Pour finir la solidarité entre nous : nous sommes ''une famille'' souvent critiquée et un peu ''mal aimée'', c'est pour cela que l'on doit être fort et se serrer les coudes... »

 Aujourd’hui on a l’impression que les joueurs respectent de moins en moins l’arbitre, est ce que tu le ressens le week-end sur les terrains ?

C.R. « Je ne le ressens pas tout à fait comme cela. Les joueurs ne me manquent pas de respect sinon... La preuve le week-end dernier,  j'ai produit je pense une excellente prestation, saluée par l'ensemble des acteurs, accueil et réception parfaite. J'ai pourtant sorti 3 cartons rouges (les 2 capitaines de chaque équipe...) et 6 cartons jaunes... comme quoi... Je crois que ce qu'il faut c'est être juste, honnête, correct, ferme et respectueux. Ça fait beaucoup mais c'est comme cela que l'on arrive à diriger une rencontre. En revanche je vois une montée de la violence gratuite surtout dans les catégories de jeunes et cela est très inquiétant en effet. »

T’est-il déjà arrivé de devoir gérer des situations délicates ?

C.R. « Je dirais que c'est notre quotidien. Il faut surtout ne jamais ''baisser la garde'', et rester toujours concentrer et ne jamais tomber dans la facilité. En 20 ans je n'ai jamais arrêté un match officiel, et il faut que cela continue. »

 Que pourrais-tu dire pour encourager celui ou celle qui aimerait rejoindre le corps arbitral ?

C.R. « Il faut essayer, et s'accrocher. L'arbitrage est une école de la vie. Comme dans la vie, tout n'est pas facile, mais c'est aussi dans la difficulté que l'on progresse, et que l'on finit par prendre du plaisir. »

 Comment imagines-tu l’arbitrage de demain ?

C.R. « Les tests de l'assistance technologique du franchissement de la ligne de but me semblent importants à haut niveau. On a pu voir que cela fonctionnait bien à la dernière coupe du monde. En revanche je ne suis pas favorable à la vidéo pour une raison simple : la règle du hors-jeu ne permet pas l'utilisation de la vidéo, ou alors il faut revoir la loi du hors-jeu, mais sans cela que deviendrait le foot... Autre argument, le jugement restera toujours un jugement humain : pénalty, pas pénalty, avec ou sans vidéo... La place à l'erreur ou le jugement humain fait du bien, dans une société de plus en plus aseptisée... Les clubs et tous les acteurs du foot doivent faire des efforts afin que le plus beau sport puisse continuer. Sans arbitre, pas de matchs... »

Si vous vous sentez une vocation d’arbitre ou si vous aimez diriger le jeu alors la formation d’arbitre est peut-être faite pour vous.

Tout le monde peut devenir arbitre. Ou presque. En France, le statut d’arbitre officiel de football est accessible aux garçons et aux filles dès l’âge de 14 ans. Il suffit de prendre contact avec le référent arbitre du club, en l’occurrence Christophe Revillet,  qui vous donnera toutes les infos nécessaires et vous expliquera les démarches à effectuer pour débuter une formation d’arbitre.

Dans la grande famille du football, les arbitres ont un rôle majeur à jouer.  En toute circonstance, ils méritent notre respect !

M.B.

Commentaires

HORAIRES D'ENTRAINEMENTS

U7 : Mercredi de 14h30 à 15h45 à Amphion

U9 : Mercredi de 16h00 à 17h30 à Amphion

U11 : Lundi et Mercredi de 17h45 à 19h15 à Amphion

U13 : Mardi et Jeudi de 18h00 à 19h30 à Amphion

U15 : Mardi et Jeudi de 18h00 à 19h30 à Vongy

U17 : Lundi et jeudi à 19h30 à Saint Disdille

U19 : Lundi et jeudi à 19h00 à Thonon Grangette